Découvrez de « Trésor des Korrigans » avec le CDT Haute Bretagne

Territoire pionnier en matière de geocaching en France, le CDT Haute Bretagne lance la 2ème saison de son application mobile “Trésors de Haute Bretagne“ à travers une expérience ludique de plusieurs jours, intitulée « Le Trésor des Korrigans ».

Toujours à l’avant garde de l’innovation, le CDT Haute Bretagne propose cette fois-ci une véritable chasse au trésor grandeur nature dans tout le département. Une carte au trésor virtuelle devra être reconstituée grâce à l’application mobile « Trésors de Haute Bretagne » afin de pouvoir accéder à un ultime et véritable trésor. L’occasion pour parents et enfants de découvrir ou redécouvrir les pépites de l’Ille-et-Vilaine autour d’une aventure fascinante lors d’un séjour.

« Le Trésor des Korrigans » : une saison 2 du geocaching en Haute Bretagne surprenante ! Rares sont les activités pouvant se targuer de rassembler toutes les générations, le geocaching est l’une d’entre elles. Cet été, petits et grands pourront partir à la recherche d’un véritable trésor grâce au CDT Haute Bretagne en réalisant un périple de plusieurs étapes en Ille-etVilaine le temps de vacances ou d’un court séjour. Contrairement à certains parcours qui peuvent paraître assez compliqués pour les novices, le geocaching proposé par le CDT Haute Bretagne se veut ouvert aux nouveaux initiés et accessible à tous ! C’est l’activité idéale pour les parents qui veulent proposer des sorties à la fois ludiques et pédagogiques. Cette deuxième saison démarre au mois de juillet 2015, elle sera gratuite et accessible tout au long de l’année. En pratique, les participants devront télécharger l’application « Trésors de Haute Bretagne » pour trouver les lieux et les indices qui mènent au « Trésor des Korrigans ». Pour eux, commence alors une grande chasse aux trésors : d’abord trouver les neuf fragments d’une mystérieuse carte virtuelle disséminés dans neuf caches réparties dans toute l’Ille-et-Vilaine, puis une fois celle-ci reconstituée via l’application mobile, ils pourront partir à la recherche d’un véritable trésor…
Les joueurs vont être accompagnés durant leurs découvertes par des petits personnages, les Korrigans, drôles et facétieux et ils pourront collectionner des badges à leur effigie. Trois nouveaux personnages complètent la collection : Panosolec, Beusalec et Kronomec… Mais ce n’est pas tout, le CDT Haute Bretagne a souhaité pimenter le jeu, en cachant le « Trésor des Korrigans » dans un lieu où les participants devront se jouer des éléments naturels pour avoir la chance de la débusquer…

Cette quête scénarisée a été imaginée comme un film : « Il y a une véritable volonté cinématographique derrière ce projet. Au fond, qui n’a pas rêvé de vivre l’aventure des « Goonies1 » au moins une fois dans sa vie » commente Caroline Pionnier, Responsable Communication & Marketing Digital au sein du CDT Haute Bretagne. Apprendre en s’amusant, c’est le maître mot de ces innovations estivales mises en place par le CDT Haute Bretagne. « Nous souhaitons réellement nous démarquer des autres territoires et proposer une approche spectaculaire pour faire vivre une expérience inoubliable. Pour la répartition des différentes caches sur le territoire par exemple, nous avons fait en sorte que chacune d’entre elles puissent raconter l’histoire du lieu en se fondant dans le paysage » conclut Caroline Pionnier.

Le geocaching… mais qu’est ce que c’est ? Le geocaching est un terme qui peut paraître mystérieux pour certains. En quelques années, cette nouveauté est devenue l’une des activités les plus populaires du moment. Le geocaching s’est répandu avec l’apparition du GPS dans les années 2000. Nous pourrions définir le geocaching comme une sorte de jeu de découverte couplé à une course d’orientation guidée par satellite, l’objectif est de trouver un trésor appelé aussi cache ou géocache. Il existe plusieurs types de caches, avec à chaque fois différents niveaux de difficulté et d’accessibilité. C’est une véritable chasse au trésor des temps modernes qui provoque un véritable engouement partout dans le monde depuis quelques années. Des communautés se sont créées et se retrouvent pour échanger et partager leur passion pour le geocaching. On compte environ 6 millions de personnes pratiquant cette activité sur toute la planète et le nombre d’adeptes ne cesse d’augmenter. En Haute Bretagne Ille-etVilaine, chaque « trésor » correspond à un site touristique, culturel ou naturel. En 2014, le CDT a été le 2ème territoire en France à mettre en place une application mobile gratuite autour du geocaching. En 2015, le CDT Haute Bretagne enrichit cette application mobile avec de nombreuses fonctionnalités afin de rendre le jeu encore plus exaltant et captivant, accompagnée d’un nouveau site internet en responsive design aux couleurs de cette saison 2.

La course aux trésors commence dès maintenant sur le site : www.tresorsdehautebretagne.fr

Les parcs nationaux français lancent leur marque commerciale Esprit parc national.

 


Les parcs nationaux français dévoilent leur marque

Esprit parc national,

une marque inspirée par la nature.

Guidée par les valeurs d’engagement, d’authenticité, de respect, de partage, de vitalité, Esprit parc national met en valeur des produits et services imaginés et créés par des hommes et des femmes qui s’engagent dans la préservation et la promotion de ces territoires d’exception. La marque collective Esprit parc national est destinée aux acteurs économiques des territoires, qui se mobilisent autour d’une même stratégie et d’une même ambition pour promouvoir leurs produits,hébergements, activités et sorties. Engagée dans le respect de l’environnement et la protection des territoires, porteuse d’un message de solidarité car privilégiant l’économie locale, Esprit parc national est un signe de confiance et d’appartenance pour le consommateur.

La marque Esprit parc national est une marque déposée, déclinée dans les 10 parcs nationaux de France. La mise en œuvre de la marque Esprit parc national est encadrée par des règlements d’usage qui précisent les conditions d’utilisation et d’attribution pour les producteurs et prestataires volontaires pour travailler en partenariat avec les parcs nationaux.

Pourquoi les parcs nationaux lancent-ils une marque ?

Pour fédérer les acteurs des parcs nationaux, pour sensibiliser le consommateur, pour agir en faveur des valeurs du territoire et de ses acteurs.

 

Quels types de produits et services sont concernés par la marque Esprit parc national ?

Une grande diversité de produits et services emblématiques des parcs nationaux : hébergements touristiques, sorties de découverte du patrimoine et visites en bateau, objets issus de l’artisanat, produits issus de l’élevage pastoral, produits issus de cultures d’agroforesterie tropicale (vanille, café….), miel et produits de la ruche…
À venir : le vin, les fromages, la restauration, les séjours…

Comment les reconnaître ?

Le logo Esprit parc national accompagné du nom du territoire de chaque parc national est apposé sur les produits et services concernés.

Où trouver les produits siglés Esprit parc national ?

· pour les hébergements, activités et sorties : exclusivement sur les territoires des 10 pars nationaux,

· pour les produits : chez les producteurs, prestataires, commerçants, artisans, sur leurs différents points de vente (boutique, marchés…) ou sites de vente en ligne,

· tout au long de l’année, à l’occasion d’événements organisés dans les parcs nationaux,

· et sur le site internet de la marque Esprit parc national.

Le lancement de la marque Esprit parc national est accompagné par celui du site Internethttp://www.espritparcnational.com, qui présente la marque, les produits, hébergements, activités et sorties mais aussi les témoignages des producteurs et prestataires. Il a été conçu pour répondre aux attentes à la fois des consommateurs mais également des professionnels désireux de rejoindre cette marque. Une page Facebook dédiée a également été lancée pour fédérer une communauté autour de la marque.

https://www.facebook.com/espritparcnational

A propos des parcs nationaux de France :

Les 10 parcs nationaux de France – la Vanoise, Port-Cros, les Pyrénées, les Cévennes, les Écrins , le Mercantour, la Guadeloupe, La Réunion, la Guyane et les Calanques – sont riches de paysages exceptionnels et abritent une faune et une flore remarquables ; ils sont aussi des espaces de vie et de ressourcement pour l’homme. Il est de leur devoir de mettre leur précieux patrimoine à disposition du public et de le transmettre aux générations futures. Si la protection de la biodiversité fait partie de leurs missions essentielles, les parcs nationaux sont également acteurs de la sauvegarde du patrimoine culturel et contribuent à la valorisation d’activités compatibles avec le respect de la nature.

Parcs nationaux de France

Parcs nationaux de France (PNF) est un établissement public de l’État, né de la loi du 14 avril 2006 dont le siège est basé à Montpellier. Sa vocation est de créer du lien entre les établissements publics des parcs nationaux, de renforcer leur culture commune, de les promouvoir aux niveaux national et international et de contribuer à la qualité de leur gestion.

http://www.parcsnationaux.fr

http://www.facebook.com/Parcs.nationaux.de.France

Des balades en kayak pour débutants et confirmés !

Cette année encore, le Club Nautique Caudebecquais et le Comité Départemental de Seine-Maritime de Canoë-Kayak, en partenariat avec l’Office de Tourisme du Pays de Caux Vallée de Seine, proposent des balades en kayak tout au long de l’été, selon le niveau des participants.

 

Pour ceux qui n’en sont pas à leur premiers coups de pagaie et qui sont déjà familiers du kayak, l’Office de Tourisme propose des sorties en Seine. Ces balades sont l’occasion de découvrir le fleuve sous un autre angle et d’en saisir toute sa grandeur. Tout au long de l’excursion, les participants sont encadrés et guidés par un moniteur… pour une balade en toute sécurité.

 

Les prochaines sessions de kayak en Seine, pour public confirmé, auront lieu :

–        Samedi 8 août 2015

–        Samedi 22 août 2015

Deux sessions dans l’après-midi seront proposées, une à 14h et une à17h.

 

Pour les débutants et ceux qui veulent apprendre les rudiments du kayak, nous proposons des initiations ludiques en rivière, sur l’Ambion, à Caudebec-en-Caux. Les participants seront accompagnés d’un moniteur qui saura les mettre à l’aise dans le maniement de la pagaie et l’équilibre de l’embarcation, pour ensuite profiter pleinement des joies du kayak.

 

Les prochaines sessions de kayak en rivière, pour débutants, auront lieu :

–        Mercredi 5 août 2015

–        Mercredi 19 août

Deux sessions dans l’après-midi seront proposées, une à 14h et une à17h.

 

Les participants, débutants et confirmés, doivent savoir nager 25 mètres. Le nombre de places pour chaque session est limité, il est vivement conseillé de s’inscrire auprès de l’Office de Tourisme.

A partir de 10 ans.

Tarif : 10 €/ personnes (guidage et  assurance inclus)

Informations et inscriptions : au 02 32 70 46 32 ou par mail : office@tourismecauxseine.com

Pour en savoir plus : www.tourismecauxseine.com

Le lézard ocellé – Biotope édition propose une ouvrage de référence unique.

 

Farouche, observateur et curieux, tels sont les adjectifs qui résument le mieux le comportement du plus grand lézard d’Europe, le lézard ocellé. Si patience et discrétion pouvaient suffire à observer cette espèce abondante il y a encore quelques années dans les garrigues et maquis méditerranéens ibéro-français, les opportunités de rencontres sont aujourd’hui beaucoup plus rares. Parmi les sept espèces de reptiles menacées d’extinction sur le territoire métropolitain, le Lézard ocellé est en effet classé « espèce vulnérable » sur la Liste rouge nationale établie par le comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et le Muséum national d’Histoire naturelle de Paris.

 

Prix de vente : 28€

ISBN : 978-2-36662-027-6

Format : 16,5 x 24 cm

192  pages

Disponible en librairie et sur

www.leclub-biotope.com

À travers cet ouvrage de référence unique, Florian Doré, Marc Cheylan et Pierre Grillet, herpétologues spécialistes du lézard ocellé, nous proposent de découvrir ce géant européen avec un leitmotiv pédagogique et résolument engagé : mieux connaître l’espèce pour mieux la protéger. Ce livre dresse en 192 pages un bilan complet des connaissances acquises sur l’animal : origines de l’espèce, régime alimentaire, reproduction, prédation, exigences écologiques, causes de sa régression, actions en faveur de sa conservation, méthodes de suivi des populations sont autant de points abordés de manière détaillée dans cet ouvrage richement illustré.

 

Pour tous, du grand public curieux de nature au lecteur averti, Le Lézard ocellé, un géant sur le continent européen délivre les récits d’observation de nombreux naturalistes et des photographies réalisées à l’affût en milieu naturel. Au fil des pages, les auteurs proposent une balade initiatique pour découvrir, sur le terrain, le plus beau des lézards qui ne laisse personne indifférent…

 

 

Carte d’identité du lézard ocellé
Nom : Lézard ocellé (Timon lepidus)

Taille : jusqu’à 75cm

Espérance de vie : 4 à 5 ans en liberté

Lieu de vie : milieux divers dès lors qu’il y trouve des abris (steppes caillouteuses, garrigues et maquis peu arborés, escarpements rocheux du littoral, verges secs d’oliviers et d’amandiers, crêtes ventées des montagnes, gorges encaissées…)

Comment reconnaître le lézard ocellé ?

Sa robe permet de le distinguer facilement avec un élégant semis d’écailles noires et jaunes sur le dos. Les flancs sont ornés de belles taches bleu céruléum, disposées sur quelques rangées et rehaussées d’un cerne noir. Le dessus du cou est souvent marqué par une coloration grisâtre. La face ventrale présente une coloration blanc-cassé parfois à peine verdâtre, unie.

 

 

Répartition du lézard ocellé en France. Il a disparu historiquement d’au moins 16 localités (croix rouges).

 

 

Partenaires

 

À propos de Biotope Éditions

Depuis 1996, Biotope s’est progressivement imposé en tant qu’éditeur de référence pour la publication d’ouvrages sur la biodiversité en langue française. Le catalogue de Biotope Éditions est composé de monographies d’espèces, d’atlas de répartition et de guides d’identification, dont certains sont coédités avec les Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle. On y retrouve aussi des ouvrages pour un public plus large tels que des beaux livres et des guides de randonnées nature.

À travers leurs ouvrages, les Éditions Biotope cherchent à présenter les connaissances les plus complètes sur la biodiversité, en rassemblant une iconographie de grande qualité qui montre  les  espèces  dans  leur  milieu  de  vie.  L’objectif  est  de partager des contenus scientifiques actualisés s’adressant aussi bien aux experts qu’aux amateurs et au grand public.

www.biotope-editions.com

Graines de Jardins

La petite graine plantée a bien grandi ! En 7 ans et autant d’éditions, le Festival Graines de jardin organisé par la Métropole Rouen Normandie et la Ville de Rouen est devenu le rendez-vous incontournable de tous les jardiniers, qu’ils soient novices ou confirmés.
Les samedi 23 et dimanche 24 mai de 10 à 19 heures, tous les amateurs et passionnés ont rendez-vous au Jardin des plantes à Rouen pour découvrir le thème de cette année : les feuillages. Comestibles, graphiques, persistants…
Sous toutes leurs formes et toutes les couleurs, les feuillages n’auront plus de secrets pour les visiteurs.
En cette année où la Métropole Rouen Normandie et la Ville de Rouen mettent Jeanne d’Arc à l’honneur avec l’historial qui lui est consacré, les spectacles du festival Graines de Jardin revisiteront les thèmes médiévaux.GrainesJardinsVisuel2015

Le Loup, en France, au XXème siècle, recherches bibliographiques

loup_baillonOn entend souvent qu’avant sa réapparition en 1992 le loup avait disparu de France « peu avant la dernière guerre mondiale ». Pourtant, de nombreux témoignages, relevés dans la littérature ou dans les journaux locaux suggèrent que « Canis lupus » fréquentait encore diverses régions de France entre les années 1940 et la fin du siècle.

Echappant au fusil, aux battues ou au poison, le carnivore aurait-il survécu discrètement ici où là jusqu’à sa spectaculaire réapparition, une cinquantaine d’années après, dans le Mercantour ? Ou au contraire, a-t-il effectivement été éradiqué aux alentours des années 30 ?

Le loup, en France, au XXème siècle, est une compilation de données, principalement bibliographiques, qui tente de récapituler anecdotes, écrits et témoignages sur la présence possible du loup en divers lieux du pays au cours du XXème siècle.

« On crie toujours le loup plus grand qu’il n’est » disait un vieux proverbe. On ne peut donc exclure que quelques erreurs d’identification se soient glissées ici ou là : le fauve véhicule tant de fantasmes ! Il n’en reste pas moins que certaines informations faisant état de la présence du loup, espèce pourtant théoriquement disparue, en divers lieux du pays au cours de la seconde moitié du siècle, sont troublantes !

Auto édition – Diffusion : www.thebookedition.com . On y trouvera 15 pages d’extraits, ainsi qu’une photo de la couverture.

URL : http://www.thebookedition.com/le-loup-en-france-au-xxeme-siecle-jacques-baillon-p-107924.html

L’auteur :

Jacques Baillon s’intéresse en autodidacte à la faune sauvage depuis 50 ans. A partir des années 1970, il se passionne plus particulièrement pour les cervidés puis pour les grands prédateurs. En 1990 il publie « Nos Derniers loups , les loups, autrefois, en Orléanais, histoire naturelle, folklore, chasse », édité par l’association des Naturalistes Orléanais, puis, en 1994, une plaquette : « Le loup, essai de bibliographie », ainsi qu’une petite brochure « Le Muséum présente le loup » à destination du jeune public du Muséum de Bourges. Il collabore en 2004 et 2008 à l’organisation de deux colloques internationaux sur le loup et le lynx au Muséum d’Orléans, colloques dont les actes ont été édités par la fédération Nature-Centre et par le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris . En 2011, parait « Le loup, autrefois, en forêt d’Orléans » , édité par Centre Presse Editions. Il prépare ensuite plusieurs autres ouvrages : « Le loup, autrefois, en Sologne », « Le loup, autrefois, en Beauce », « Bestiaire d’antan » et « Le loup, en France au vingtième siècle, recherches bibliographiques ».

Nouveau Livre Image & Nature : L‘approche en photo nature

couv_approchePartir en promenade dans la nature, rencontrer et approcher la faune sauvage, en rapporter de belles images à partager, c’est le rêve de beaucoup de photographes. Ce livre vous expose les pratiques et techniques adéquates pour réussir vos images, mais aussi les précautions à prendre pour ne pas déranger les animaux. Basé sur une expérience de terrain d’Éric Breyton, émaillé de récits d’approches réelles et illustré des photos prises à cette occasion, il vous guidera lors de vos sorties photo « à la billebaude ».Quel matériel utiliser, comment s’habiller, quelles améliorations apporter à son matériel, par quelle espèce commencer, comment préparer sa sortie, comment se déplacer sans alerter les animaux ? Voici quelques-unes des questions qui trouveront leur réponse au fil des pages. Préface de Fabrice Cahez.
128 pages – 14 x 22 cm – Tout en couleurs
Éditions Terre d’Images – Éric Breyton

Prix : 26.00 €

La créativité sous un nouvel angle : Canon dévoile le PowerShot N

PowerShot NCanon dévoile aujourd’hui le PowerShot N, un appareil photo novateur, permettant de réaliser des images de façon créative et spontanée et de les partager presque instantanément sur les réseaux sociaux. Grâce à son design carré original, à ses bagues d’objectif actionnant le zoom et le déclencheur, ainsi qu’à son écran tactile inclinable, chacun peut immortaliser le monde qui l’entoure selon une perspective véritablement personnelle. Quant au nouveau mode Creative Shot, il permet de traiter automatiquement les prises de vues en leur appliquant différents modes créatifs. Le PowerShot N est conçu pour simplifier le partage des images : sa connectivité Wi-Fi intuitive permet de publier, pratiquement en temps réel¹, une nouvelle génération de photos et de vidéos Full HD de qualité exceptionnelle.

Se découvrir une âme d’artiste
Lors de la prise de vue en mode Creative Shot, le PowerShot N analyse la scène de manière intelligente : composition, exposition, mise au point, balance des blancs, nuances et contraste. Il sélectionne ensuite, parmi les différents modes créatifs disponibles, les plus à-même d’enrichir l’image. Cinq versions différentes de la photo d’origine sont alors générées automatiquement. Elles peuvent ensuite être partagées en un seul geste.

Il est également possible d’apporter sa touche personnelle en utilisant les modes créatifs de Canon, avec au choix les effets « miniature », « mise au point adoucie » (soft focus), « appareil photo jouet » (toy camera), ou « monochrome ». Le mode super ralenti est quant à lui idéal pour mettre en valeur les actions filmées.

Alliant flexibilité et simplicité, le PowerShot N dispose en outre du nouveau mode « Hybrid Auto », qui enregistre quatre secondes de vidéo en résolution 720p avant toutes les prises de vues photo. La technologie Canon Smart Auto permet ensuite de déterminer les réglages qui garantiront le meilleur résultat. À la fin de la journée, les clips de quatre secondes sont fusionnés pour former une vidéo retraçant les prises de vues de la journée et ses moments clés.

Sitôt capturé, sitôt partagé
Grâce à la touche Mobile Device Connect, le Wi-Fi intégré et la connectivité instantanée aux smartphones ou aux tablettes font du PowerShot N le compagnon idéal des appareils mobiles. Il devient ainsi possible de mettre ses photos ou vidéos en ligne sur des réseaux sociaux tels que Facebook® et YouTube™ dès qu’elles ont été réalisées, et ce où que l’on se trouve. Une fois rentré chez soi, on peut ensuite imprimer sans fil les meilleures images ou les transférer sur un ordinateur. Grâce à une application gratuite dédiée, la fonction GPS via mobile permet par ailleurs d’ajouter aux images des renseignements sur le lieu de la prise de vue via un smartphone ou une tablette dotés d’une fonctionnalité GPS.

Conçu pour fonctionner sous tous les angles
Le PowerShot N est doté d’un design atypique et compact, avec un écran tactile inclinable et un système révolutionnaire de bagues d’objectif. Une première bague, rotative, actionne le zoom, tandis qu’une deuxième sert à commander le déclencheur. L’appareil peut ainsi être utilisé dans tous les sens !

L’écran tactile capacitif de 7,1 cm (2,8 pouces) permet également de contrôler d’un simple geste les fonctions essentielles, telles que la mise au point ou le déclenchement, mais aussi de visionner les images de façon intuitive. Le boîtier métallique carré, disponible en coloris noir ou blanc, renferme un zoom optique 8x doté d’un grand-angle permettant à la fois de prendre des photos de groupes ou de paysages. La technologie Canon ZoomPlus offre la possibilité d’étendre la puissance du zoom à 16x afin d’obtenir des images riches en détails.

Grâce à ses dimensions très réduites (78,6 x 60,2 x 29,3 mm une fois l’écran fermé et l’objectif rétracté), le PowerShot N tient dans la poche et peut être emporté partout. Les sujets, les scènes et les situations que l’on risquerait d’habitude de manquer peuvent désormais être immortalisées, la technologie d’imagerie avancée compacte de Canon garantissant une qualité d’image optimale. En outre, le chargement de la batterie de l’appareil par USB s’avère extrêmement pratique.

La qualité d’image Canon
Malgré sa taille compacte, le PowerShot N regroupe les dernières technologies d’imagerie Canon, offrant des photos et des vidéos de qualité exceptionnelle. Alliant un capteur CMOS haute sensibilité de 12,1 millions de pixels à un processeur d’image perfectionné DIGIC 5, son système Haute Sensibilité de Canon permet de photographier avec une sensibilité allant jusqu’à 6 400 ISO, pour des images réussies même en basse lumière.

Le zoom optique 8x est équipé du stabilisateur d’image intelligent, qui choisit automatiquement la stabilisation adéquate, pour des vidéos fluides et des photos nettes. Le PowerShot N permet d’obtenir des vidéos Full HD (1080p) avec son stéréo qui peuvent être partagées en ligne ou regardées à la maison, par le biais d’une connexion HDMI.

PowerShot N – caractéristiques clés :

  • Mode Creative Shot
  • Design unique
  • Objectif 28 mm avec zoom optique 8x ; stabilisateur d’image intelligent
  • Système Haute Sensibilité de Canon ; capteur CMOS 12,1 MP et processeur DIGIC 5
  • Wi-Fi ; GPS via mobile
  • Touche Mobile Device Connect
  • Ecran tactile capacitif inclinable
  • Vidéos Full HD
  • Modes Hybrid Auto et Smart Auto (58 scènes)

Prix annoncé : 299 €   Disponibilité : avril 2013

 

Incident au Muséum national d’Histoire naturelle

© MNHN/ P. Duray

© MNHN/ P. Duray

Un individu s’est introduit aux alentours de 3h ce matin (30 mars) dans les Galeries d’Anatomie Comparée et de Paléontologie du Muséum national d’Histoire naturelle pour tenter de dérober les défenses d’un spécimen d’éléphant.Le système d’alarme du Muséum a mis en fuite l’individu qui, dans la précipitation, a laissé sur les lieux sa tronçonneuse en marche, après avoir découpé une seule des deux défenses.

L’intervention rapide du service de sécurité du Muséum et de la Brigade Anti-Criminalité, a permis d’interpeler le fuyard à quelques dizaines de mètres de la Galerie (rue Geoffroy Saint-Hilaire).

D’une grande valeur historique et scientifique, cet éléphant a heureusement peu souffert de cette agression : bien que l’une de ses défenses ait été sciée, l’os n’a pas été endommagé, ce qui facilitera la restauration du spécimen. Par ailleurs, les défenses de ce spécimen n’étaient pas celles d’origine.

Dans cette attente, l’éléphant de Louis XIV (*), est toujours présent dans la galerie, restée ouverte au public. Un diagnostic plus précis de son état sera réalisé et d’ici-là, il demeurera recouvert.

La restauration de ce spécimen bénéficiera du soutien du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Mme Fioraso ayant par ailleurs salué la réactivité des équipes du Muséum national d’Histoire naturelle et de la Police.

(*) L’éléphant de la Ménagerie de Versailles est le squelette complet le plus ancien de la Galeried’Anatomie comparée (à l’exclusion des momies). C’est le Roi Pierre II du Portugal qui l’offrit à Louis XIV en 1668. D’origine congolaise, cette femelle éléphant mourut, au terme de treize ans de captivité, au cours de l’hiver 1681. Il est considéré comme le type de l’espèce Loxodonta africana.

L’éléphant a été figuré dans des dictionnaires majeurs d’histoire naturelle, notamment ceux de Buffon et de Cuvier, sans oublier l’Encyclopédie de Diderot. Il a également inspiré nombre d’artistes, comme Gustave Moreau qui l’a prise pour modèle en 1881 pour illustrer plusieurs fables de La Fontaine.

 

Projet GOMBESSA – à la rencontre du coelacanthe

copyright Laurent Ballesta

copyright Laurent Ballesta

Expédition scientifique à la rencontre du cœlacanthe

Le 5 avril 2013 à 20h30, le plongeur et naturaliste Laurent Ballesta, accompagné d’une équipe de plongeurs spécialement entrainée aux grandes profondeurs, de chercheurs de l’institut Sud-Africain SAIAB et de six scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS, part en Afrique du Sud pour 40 jours de plongée à la rencontre d’un animal mythique : le cœlacanthe.

Appelé localement Gombessa, ce géant paisible de 2 m de long que l’on croyait disparu depuis 70 millions d’années et redécouvert vivant en 1938 est considéré comme la plus grande découverte zoologique du XXe siècle :

– il porte en lui les traces du passage des poissons aux premiers vertébrés terrestres à quatre pattes

– il est, avec ses nageoires pédonculées et son poumon primitif, le témoin vivant et inespéré de la sortie des eaux il y a 370 millions d’années.

Le cœlacanthe déchaine des débats enflammés depuis presque un siècle entre créationnistes et scientifiques. C’est sans doute l’animal sauvage qui a été le plus disséqué au monde et pourtant on ne sait presque rien de son mode de vie.

Espèce rarissime et vivant à plus de 100 mètresde profondeur, très peu d’observations directes ont pu en être faites jusqu’ici. L’expédition GOMBESSA, fruit de deux ans de préparation scientifique, logistique et humaine, permettra pour la première fois de réaliser des observations et des expériences scientifiques au contact de cœlacanthes vivants.

Pour atteindre cette légende vivante, Laurent Ballesta et son équipe de plongeurs devront chaque jour rejoindre les grottes du Jesser Canyon par – 120m, une profondeur où chaque minute passée au fond se paye de longues heures de décompression avant de rejoindre la surface.

Au contact de l’animal ils pourront mettre en œuvre les protocoles scientifiques conçus par l’équipe de chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS, dirigée par le Professeur Gaël Clément, paléontologue au Muséum, et les biologistes sud-africains Kerry Sinket Angus Paterson du South African Institute forAquatic Biodiversity (SAIAB).

Vivez et partagez l’expédition GOMBESSA sur : www.coelacanthe-projet-gombessa.com