Un T Rex à Paris

Exhumé par une équipe du Naturalis Biodiversity Center de Leiden (Pays-Bas), où il fut présenté au public néerlandais, ce spécimen est l’un des trois squelettes de Tyrannosaurus rex les plus complets au monde avec près de 75 % d’ossements en excellent état de conservation. Son crâne original, non déformé et monté pour la première fois sur le squelette, le rend particulièrement remarquable. Le public fait ainsi face aux mâchoires de ce dinosaure carnivore en position d’attaque.

Dès son arrivée en Europe, de nombreux examens non invasifs réalisés par des équipes de chercheurs européens ont été menés sur ce squelette pour en dé- terminer les grandes caractéristiques. L’âge de Trix, une trentaine d’années, a notamment été déterminé grâce aux études histologiques, en examinant sous microscope ses os afin d’identifier les tissus biolo- giques qui les composent et comprendre leur croissance. Son crâne a été scanné (tomodensimètre) en Allemagne, ce qui a permis de reconstituer un modèle tridimensionnel de ce dernier et aussi de révéler des détails de la boîte crânienne. Des analyses pour déterminer son sexe et son régime alimentaire ont aussi été effectuées. Trix semble avoir eu une vie bien mouvementée : les paléontologues ont trouvé plusieurs blessures et marques pathologiques sur ses os qui suggèrent qu’elle a survécu à au moins une attaque et résisté à quelques maladies.

L'Exposition :

Une première partie introductive, découpée en cinq séquences, plonge le visiteur dans un univers très ancien, il y a 67 millions d’années (Ma), alors que la période du Crétacé touchait à sa fin : une immersion nécessaire pour comprendre les conditions dans les- quelles vivait cet incroyable spécimen.

C’est d’abord le contexte chronologique qui est évoqué afin de se situer dans le temps, un million d’années avant la crise Crétacé-Tertiaire qui provoqua l’extinction des grands dinosaures, apparus 165 Ma auparavant. Le public peut ainsi mieux appréhender la place du Tyrannosaurus rex, l’un des derniers représentants des dinosaures, et les bouleversements fauniques liés à cette crise.

Le contexte géographique est ensuite présenté, en particulier celui de l’Amérique du Nord où vivait le T. rex. Les visiteurs découvrent notamment une grande mer intérieure, la Western Interior Seaway, qui coupait l’Amérique du Nord du nord au sud. Les similitudes entre espèces de dinosaures nord-améri- caines et asiatiques sont ainsi soulignées.

La troisième séquence concerne le contexte environnemental. Le public découvre ici les écosystèmes continentaux nord-américains de la fin du Crétacé et en particulier la proie principale du T. rex, l’hadrosaure Edmontosaurus annectens, un dinosaure herbivore à bec de canard. Aussi, pour l’occasion est assemblé pour la première fois depuis sa découverte en 1910, un squelette d’Edmontosaurus long de 10 mètres et présent dans les collections du Muséum depuis 1911.

Un moulage de la peau momifiée d’un de ces dinosaures que le public pourra toucher sera aussi exposé. Il sentira ainsi la rugosité de cette peau écailleuse semblable à celle du tyrannosaure.

L’histoire du groupe des tyrannosauroïdes, dont les premiers représentants connus datent de 165 Ma, est ensuite évoquée : il a fallu quelques 100 Ma de « bri- colages » évolutifs avant que les Tyrannosaurus rex n’apparaissent. Entre temps, certains tyrannosau- roïdes avaient acquis un plumage et ne dépassaient pas les deux mètres de long.

Enfin, la cinquième et dernière séquence propose au visiteur de suivre, à travers de nombreuses photographies, les pas des grands découvreurs de dinosaures de la fin du XIXe siècle. Une épopée qui mène le visiteur dans le sillage de plusieurs missions paléontologiques nord-américaines avec notamment Charles Steinberg et Barnum Brown (qui découvrit le premier T. rex). Un tableau présente toutes les découvertes de Tyrannosaurus rex dans le monde depuis 1900. Le voyage prend fin avec un film rappelant les trois années pendant lesquelles le squelette de Trix fut exhumé, nettoyé de sa roche, transporté et remonté en Europe.

Tout au long de cette première partie, des pièces phares des collections du Muséum sont mises en exergue : des météorites et fossiles d’animaux disparus pendant la crise Crétacé-Tertiaire, des fossiles de poissons, le squelette de l’hadrosaure, des fossiles de plantes à fleurs de cette période, le moulage d’un crâne de Nannotyrannus lancensis, dont on ne sait toujours pas à ce jour s’il s’agit d’un jeune ou d’une espèce naine de tyrannosaure.

Légèrement dans la pénombre, le visiteur entre ensuite dans la seconde partie pour vivre un face à face spectaculaire avec cet incroyable prédateur. Un rugissement émanant de cette gueule ouverte aux dents acérées est quasiment perceptible. Les effets de lumière révèlent quant à eux l’attitude et les dimensions hors du commun de l’animal. En contournant le T. rex, le visiteur a accès à plusieurs panneaux descriptifs sur son anatomie, son régime alimentaire, ses combats... Les scénographes ont d’ailleurs prévu un emplacement dédié aux selfies afin d’immortaliser cette rencontre unique.

La troisième partie concerne la paléobiologie du T. rex. Onze modules interactifs et ludiques, particulièrement destinés aux enfants, jalonnent ainsi l’espace et invitent le public à s’intéresser à l’âge des T. rex, leur cerveau, leurs œufs, leurs proies, mais aussi à chercher des fossiles, faire du vélo pour comparer sa vitesse à celle du dinosaure, dessiner et même danser !

Enfin, munis de leur ticket d’entrée, les enfants ayant visité l’exposition pourront jouer aux apprentis paléontologues et accéder à un chantier de fouille monté pour l’occasion au Jardin des Plantes.

INFORMATIONS PRATIQUES

Galerie de Minéralogie et de Géologie

Jardin des Plantes
36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, Paris 5e

Tous les jours de 10h à 18h sauf les mardis —
Tarif plein : 14€
Tarif réduit : 9€
Un billet pour l’exposition donne aussi accès à la Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée.
Réservation conseillée.
Billets coupe-file pour l'exposition
"Un T. rex à Paris" sur mnhn.fr

Site internet : mnhn.fr/TRex
#ExpoTRex