Catégories

Impressionnante Normandie Impressionniste

 

Laurent Fabius et V.Fourneyron accueillent le 200.000 ème visiteur (photo © P.Demeure)

Fréquentation Visiteurs français, européens, asiatiques, américains… les rues de Rouen et des autres villes partenaires ont connu une grande affluence cet été, apportant vie et animation pendant cette période souvent plus calme. Plus de 200 000 visiteurs ont poussé les portes du musée des Beaux-Arts de Rouen pour découvrir les chefs d’oeuvre présentés au cours de l’exposition «Une ville pour l’Impressionnisme : Monet, Pissaro et Gauguin à Rouen». Les objectifs fixés, entre 150 000 et 200 000 visiteurs sont largement dépassés avec plus de 200 000 visiteurs .

Quelques comparaisons:

  • Le Musée des Beaux Arts de Rouen accueille ordinairement 90 000 personnes… par an
  • L’exposition Rodin au Musée d’Orsay en 2009 : 173 351 visiteurs ;
  • L’exposition sur l’art et l’amour dans l’Italie de la Renaissance au Metropolitan Museum of Art de New York en 2009 : 200 692 visiteurs
  • L’exposition sur Picasso à la National Gallery de Londres en 2009 : 204 862 visiteurs.

Ces chiffres sont sans précédent à Rouen et en Normandie. Aucune exposition n’avait jusqu’ici connu un tel succès sur le territoire normand. Très probablement, le Musée des Beaux-Arts de Rouen sera, en 2010, l’un des deux musées de province les plus fréquentés de France. Les autres expositions importantes, proposées à Caen, Cherbourg, Giverny, Le Havre, Honfleur, Cabourg, Dieppe… ont toutes rencontré un grand succès. L’exposition « L’Impressionnisme au fil de la Seine », au Musée des Impressionnismes de Giverny a accueilli près de 135 000 visiteurs en trois mois, c'est-à-dire 60% de plus que lors de la saison 2009, qui était la saison de réouverture du Musée. Sur l’ensemble des manifestations, Normandie Impressionniste a accueilli environ 500 000 visiteurs, pour un tiers composé de normands, un tiers d’habitants d’autres régions françaises et un tiers de visiteurs étrangers. L’Office de Tourisme de la CREA a battu son record de fréquentation depuis 2002 : Plus de 70 000 visiteurs pour le seul mois d’août, ce qui équivaut à plus de 6 visiteurs chaque minute pendant tout le mois. Les croisières Rouen-La Bouille-Duclair n’ont pas désempli sur les quatre mois de festival. Des créneaux supplémentaires ont du être mis en place pour satisfaire la demande. Cela conforte la CREA dans son objectif de développer le tourisme culturel et de loisirs, afin de mettre en valeur les atouts exceptionnel de la Région. Publié fin avril, le Guide du routard Normandie Impressionniste (Hachette) s’est hissé dans la liste des 15 best-sellers des guides de tourisme (ventes nationales). Retombées médiatiques Tout au long des quatre mois du festival, la quasi-totalité des grands journaux régionaux et nationaux (Le Monde, L’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur, Libération, Le Figaro, Le JDD, L’Humanité, Les Echos, Paris-Normandie, Ouest-France…) et un grand nombre de journaux internationaux (Times, Guardian, Financial Times…) ont couvert l’actualité du festival Normandie Impressionniste. Le Festival a également été couvert par de nombreuses radios et télévisions (JT de TF1, France 2, France 3, Canal Plus, M6, émissions sur France 5, Arte, Radio France…) ainsi que sur internet. L’ampleur et la qualité du festival ainsi que son originalité : l’Impressionnisme sur son territoire ont été mis en valeur dans les articles et reportages. L’événement de lancement, « Monet vu du ciel » qui figurera dans la prochaine édition du Livre des Records comme le plus grand tableau vivant au monde, a attiré l’attention de nombreux média nationaux et internationaux (télévisions françaises, russes et chinoises). Calculé en euros, l’ensemble de ces retombées médiatiques – en s’appuyant sur des grilles standard d’achat d’espaces publicitaires, en fonction des tailles des articles, de la renommée des supports – est évaluée à environ 60 millions d’euros. Un excellent retour sur investissement puisque le budget total de Normandie Impressionniste s’élève à 5.5 millions d’euros. Bals, guinguettes, déjeuners sur l’herbe, fêtes, baignades, ateliers de peinture, promenades en plein air… Le festival Normandie Impressionniste renoue avec les fêtes populaires de qualité du 19e siècle. Près de 200 manifestations populaires se sont déroulées dans les 5 départements normands (64 déjeuners sur l’herbe, 52 guinguettes, 68 ateliers et promenades, 11 Sons et Lumières…). Au sein de la CREA, les festivités ont été organisées dans plus de 20 communes, de toutes tailles (Rouen, Yville-sur-Seine, Roncherolles-sur-le-Vivier, Elbeuf, Canteleu, Franqueville St-Pierre, La Bouille, Saint Léger du Bourg Denis, Saint Pierre de Manneville, Rouen, Bonsecours, Montmain, Mesnil-Esnard, Mont-Saint-Aignan, Jumièges, Le Trait, Sainte-Marguerite sur mer, Duclair, Saint Aubin Epinay, Grand Quevilly…). Expositions, concours de dessins, participation à des projets locaux…Plus de 13 000 élèves de l’enseignement scolaire ont participé au festival, 12 150 en écoles primaires, 800 en lycées, 500 en collèges et environ 150 étudiants étrangers du Campus impressionniste d’été organisé par l’Université de Rouen. Un bilan qui sera étudié plus précisément Des éléments non quantifiables font évidemment le succès du festival : l’ouverture culturelle, la découverte d’un courant artistique majeur, le partage, le plaisir d’être ensemble pendant les événements festifs et la fierté de vivre en Normandie. Dans quelques semaines, Xavier Greffe, Universitaire à Paris I et spécialiste de l’économie de la culture rendra une évaluation précise du festival, dans ses différentes composantes. D’ores et déjà, la conclusion est incontestable : Normandie Impressionniste est un grand succès. Le festival prouve à nouveau que la culture est un moteur puissant du développement d'une région.

WordPress Video Lightbox Plugin